PENSER LIBREMENT

17 décembre 2013

HOLLANDE DOIT DEGAGER

Ce blog n'a pas été alimenté deouis de nombreux mois par manque de temps et aussi parce que je fréquente les réseaux sociaux sur lesquels je me mobilise contre Hollande.

J'envisage d'y revenir et peut-être de le transformer.

En attendant on ne lâche rien.

Boycott HollandeNA2014

Posté par daune à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2012

NORMAL 1ER C'EST LA CATASTROPHE

AzcS5gZCIAANgrILes Bidochons

LE BILAN DESASTREUX DES 100 PREMIERS JOURS DU PARTI SOCIALISTE.

Le Parti Socialiste et François HOLLANDE sont maintenant comptables de la situation de la France.

Ils ne peuvent plus se cacher derrière des arguments désuets et dépassés et rendre coupable le précédent président Nicolas SARKOZY qui, lui, avait déjà engagé dans ses 100 premiers jours nombre de réformes importantes.

Les premières mesures du pouvoir socialiste se traduisent  par une augmentation des impôts, une baisse du pouvoir d'achat, une augmentation de la délinquance, le chômage qui atteint des niveaux les plus importants depuis 15 ans.

Ce pouvoir masque son échec par des coup de com, l'exposition de la vie privée du Président NORMAL 1ER, la mise en scène de ses voyages en train ( pourquoi pas en diligence tirée par des chevaux bientôt!)

Oui nous avons raison de regretter le président SARKOZY  qui, lui, ne se comportait pas comme un roi fainéant.

Posté par daune à 18:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 mars 2012

HOLLANDE EST UNE NULLITÉ : L'ÉPISODE DU SALON DE L'AGRICULTURE

 

blog -Dalongeville-Hollande-Lienemann

HOLLANDE A LA FERME DES ANIMAUX.

François HOLLANDE, c'est la connerie faite homme, c'est la bêtise à visage humain.

Ce n'est pas un homme, c'est un animal, c'est une bête, c'est un bovin et encore j'insulte les bovins quand j'ose comparer F. HOLLANDE à cette espèce qui, elle au moins, nous donne sa viande, son lait , sa peau alors que François HOLLANDE lui veut prendre notre argent et tondre les contribuables pour nourrir ses copains les fainéants de la Terre.

HOLLANDE veut la peau des Français, comme son coreligionnaire PAPAANDRÉOU a eu la peau des Grecs.

Il est vrai que les vaches ont pour François HOLLANDE un avantage et c'est pour cela qu'il a passé 10 heures en leur compagnie Porte de Versailles au salon de l'agriculture.

Elles ne parlent pas, elles ne peuvent que meugler.

Aussi HOLLANDE peut-il croire à leur approbation de ses bêtises et élucubrations quand il entend de ci, de là, le soir au fond de l'étable leurs meuglements.

En fait , à la rigueur on verrait bien François HOLLANDE, président de comices agricoles, vous savez ceux décrits par FLAUBERT ou DE MAUPASSANT, dans la France du 19éme siècle.

Quoiqu'il en soit, verriez-vous ce grossier et ce grotesque individu représenter la FRANCE.

Moi pas!

Vive la République Française!!!

Posté par daune à 16:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 janvier 2012

FRANCOIS HOLLANDE ET LE MONDE DES RICHES

fd3072e2-2051-11e1-802f-b6d9be762744

 

FRANCOIS HOLLANDE AIME PLUS LES RICHES QU'IL NE LE PRÉTEND.

EN TOUT CAS IL N'EST PAS LE CANDIDAT DES PAUVRES ET DES SANS-GRADES.

SES SOUTIENS SONT DES PATRONS DU CAC, DES OLIGARQUES ET DE TRES HAUTS FONCTIONNAIRES.

En voici une liste non exhaustive.

Ex-ministre en charge des Affaires européennes dans le gouvernement de Lionel Jospin, Pierre Moscovici est vice-président du Cercle de l’Industrie. Ce lobby, représentant les intérêts des trusts français à l’échelle européenne, a été créé en 1993 par Raymond Lévy, alors président de Renault, et Dominique Strauss-Kahn, qui venait tout juste de quitter le ministère de l’Industrie et du Commerce extérieur. Partenaire du MEDEF, de l’Institut de l’Entreprise et de la Table ronde des Industriels européens, le Cercle de l’Industrie s’est doté du conseil d’administration bipartisan suivant :

Denis Ranque (président) Administrateur de CMA-CGM, de Saint-Gobain et du Fonds Stratégique d’Investissement français ; ex-PDG de Thalès

Pierre Moscovici (vice-président) Membre du Parti socialiste, ancien ministre chargé des Affaires européennes (1997-2002)

Alain Lamassoure (vice-président) Membre de l’UMP, ancien ministre chargé des Affaires européennes (1993-95)

Jean-Yves Naouri (trésorier) Directeur des opérations du groupe Publicis. Son frère, Jean-Charles Naouri, a été directeur de cabinet de Bérégovoy à Bercy et associé-gérant de Rothschild & Cie Banque, avant de prendre le contrôle du groupe de distribution Casino, et de devenir l’une des plus importantes fortunes de France estimée, en 2011, à 883 millions d’euros par le magazine écofi Challenges. Jean-Charles Naouri est aussi conseiller de la Banque de France, administrateur de Rothschild & Cie Banque et de Fimalac. Cette dernière holding, chapeautant l’agence de notation Fitch Ratings, appartient à un proche de Laurent Fabius : Marc Ladreit de Lacharrière.

Benoît Potier (administrateur) PDG d’Air Liquide, administrateur de Danone et de Michelin, vice-président de la Table ronde des Industriels européens

Louis Gallois (administrateur) PDG d’EADS, administrateur de Michelin, ex-directeur de cabinet de Jean-Pierre Chevènement au ministère de la Défense

Pierre-André de Chalendar (administrateur) PDG de Saint-Gobain, administrateur de Veolia Environnement

Pierre Gadonneix (administrateur) Président d’honneur d’EDF, ex-administrateur de France Télécom, Elf-Erap, Usinor, Renault

Bertrand Collomb (administrateur) Administrateur des sociétés Total, DuPont et Reuters Founders Share Company, conseiller de la Banque de France, président d’honneur de Lafarge et ex-vice-président d’Unilever

Michel Sapin (responsable du projet présidentiel)

Ancien ministre délégué à la Justice (1991-92), ministre de l’Économie et des Finances (1992-93), et ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’État (2000-02), Michel Sapin pourra, en cas de victoire à la présidentielle, s’appuyer sur ses ex-conseillers : Thierry Aulagnon (directeur de cabinet à Bercy) est membre du comité de direction de la Société générale ; Eric Lombard (conseiller technique à Bercy) est président de BNP Paribas Cardif et du Groupement français des Bancassureurs ; quant à Godefroy Beauvallet (conseiller e-Government au ministère de la Fonction publique), il dirige actuellement le Fonds Axa pour la Recherche.

Les conseillers économiques de François Hollande (1)

Elie Cohen Directeur de recherche au CNRS et à Sciences Po, membre du Conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre, il est aussi administrateur des firmes EDF Energies Nouvelles, Steria et PagesJaunes, ex-administrateur d’Orange et Vigeo.

Jean-Hervé Lorenzi Professeur à l’Université Paris-Dauphine, président du Cercle des économistes, membre du Conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre, ex-conseiller du président du groupe Havas et du Premier ministre socialiste Edith Cresson, actuel administrateur de BNP Paribas Assurances, de la Cie financière Edmond de Rothschild, et membre du conseil d’orientation de l’Institut Montaigne, think tank créé par Claude Bébéar (Axa).

Jean-Paul Fitoussi Président de l’Observatoire français de la conjoncture économique (OFCE), membre du Conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre, ex-coordonnateur de la « Commission sur la performance économique et le progrès social » – lancée à l’initiative du président Sarkozy – et président de la sous-commission de la « Commission des Nations-Unies sur la Réforme du système monétaire et financier international », ce chroniqueur du Monde et de La Republicca est aussi administrateur du trust financier italien Sanpaolo IMI, de Telecom Italia et de Banca Sella Holding.

Emmanuel Macron Ancien membre de la « Commission Attali pour la libération de la croissance » – installée par le président Sarkozy – et actuel associé-gérant chez Rothschild & Cie Banque.

Stéphane Boujnah Ex-membre de la « Commission Attali pour la libération de la croissance » et conseiller de Dominique Strauss-Kahn à Bercy, il est aujourd’hui le patron de la branche française du groupe financier espagnol Santander.

Forts de leurs positions dans le monde des mass-médias (Libé, Le Nouvel Observateur, Le Monde), les jeunes loups du capitalisme à la française sont désormais en mesure de faire coup double : dénoncer, à longueur de chroniques ampoulées, les « excès » des marchés financiers, tout en bénéficiant des profits symboliques et, plus encore, matériels associés à leur statut de dirigeants de la haute banque et de la grande industrie. Un économiste tel que Daniel Cohen – membre de l’équipe de campagne de Martine Aubry – a pu ainsi prêcher la bonne parole « régulationniste » dans l’émission de France Télévisions « Fric, Krach et gueule de bois », à l’appui de poncifs sur les traders fous, l’aveuglement libéral et la droite de Reagan et Thatcher, sans que Pierre Arditi, animateur de la soirée, ne juge bon de préciser que cet éditorialiste au Monde siégeait, au même moment, à la banque d’affaires Lazard, au conseil scientifique de la Fondation Jean-Jaurès et au think tank « A Gauche, en Europe », une boîte à idées sociale-libérale créée par Rocard, Strauss-Kahn et Moscovici. La boucle est bouclée.

(1) Pour plus d’informations sur la contribution apportée par ces économistes à la campagne de François Hollande, lire Fanny Guinochet et Gaëlle Macke, « Ces économistes et ces patrons qui soutiennent François Hollande », Challenges, 16 octobre 2011.

Pour en savoir plus sur les travaux de Geoffrey Geuens, vous pouvez lire son ouvrage, La finance imaginaire, aux éditions Aden : http://www.aden.be/index.php?aden=la-finance-imaginaire

Posté par daune à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2012

LA DERNIERE DE HOLLANDE

HOLLANDE VEUT DES FLICS PRIVÉS DANS L'ÉDUCATION NATIONALE.

Babar, le capitaine du pédalo dans la tempête ne manque pas d'imagination.

Ainsi, il vient de proposer hier à Pierrefitte sur Seine la création d'un nouveau métier en charge de la prévention et de la sécurité, en quelques sorte des agents de sécurité qui seraient intégrés aux équipes des établissements scolaires.

Ainsi bientôt  dans les collèges et lycées verrons-nous non seulement des proviseurs, des enseignants , des personnels administratifs et ouvriers, des infirmières et assistantes sociales, mais aussi des flics.

Il fallait y penser. 

Il nous rappelle son ex-compagne, Bécassine du Poitou-Charentes, qui ,elle, proposait de faire raccompagner les femmes policières à leur domicile par d'autres policiers hommes.

Comme quoi on n'arrête pas le progrès

Posté par daune à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2011

PÉTITION CONTRE LE VOTE DES ÉTRANGERS

RENDEZ-VOUS SUR LE SITE DE LA DROITE POPULAIRE.

N'oubliez pas de signer la pétition contre le droit de vote aux immigrés et aux étrangers non-communautaire que les chefs socialistes veulent nous imposer.

Posté par daune à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2011

FINANCEMENT DU PARTI SOCIALISTE

51d12244-9b7b-11e0-b9f9-d97b92d27ed6

 

COÛT DE L'UNIVERSITÉ D'ÉTÉ DU PARTI SOCIALISTE : 150 000 EUROS.

Le Parti Socialiste est un parti très riche puisqu'il ne se refuse rien.

Ainsi la fameuse Université d'été organisée dans la station balnéaire luxueuse de LA ROCHELLE où le PS avait réquisitionné nombre d'hôtels pour loger les membres de l'appareils, les dirigeants et les candidats a coûté 150 000 euros.

Maisiul faut sdavoir qu'en 2009, l'Etat , c'est-à-dire le contribuable a versé au Parti Socialiste 38 487 741 € dont

23 212 398 € en financement public direct  auxquels s'ajoutent  les 15 275 343 € versés aux élus.

On comprend mieux pourquoi le Parti Socialiste est por l'augmentation des impôts et veut ignorer la crise.

Posté par daune à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2011

PRIMAIRES SOCIALISTES : MODE D'EMPLOI

RETIREZ VOTRE NOM DES LISTES ÉLECTORALES DU PARTI SOCIALISTE.

h-20-2444590-1300949132

Si vous ne voulez pas être fiché par le Parti Socialiste vous pouvez demander à être effacé des listes électorales communiquées au Parti Socialiste, conformément aux instructions de la Commission Nationale Informatique et Liberté.

Ce droit s'exerce en application des dispositions prévues par la loi du 6 janvier 1978, modifiée par la loi du 6 août 2004 et dans les conditions prévues aux articles 92 à 94 du décret n°2005-1309 du 20 octobre 2005.

Vous pouvez  télécharger l'imprimé nécessaire en cliquant sur le lien ci-dessous.

formulaire_retrait

Posté par daune à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2011

LES PIEDS DANS LE PLAT A PROPOS DES ENSEIGNANTS DÉTACHÉS

LUC FERRY N'EST PAS TOUT SEUL, ILS SONT 97 000 ENSEIGNANTS QUI NE METTENT PAS LES PIEDS DANS UNE SALLE DE CLASSE OU UN AMPHI.

Luc Ferry, que l’on imagine passablement sous pression ces jours-ci, est tout à fait réglo sur cette histoire de versement d’un traitement de prof sans contrepartie ! « OK, je ne donne pas cours, mais c’est parce que je suis détaché ailleurs, voilà tout », explique-t-il placidement en rappelant sa présidence d’un comité Théodule flambant neuf dont le site Web révèle toute l’importance pour l’avenir de la France.

Le Conseil d’Analyse de la Société est en effet un groupe de sages nommés par le Premier ministre et dont le rôle est « d’éclairer le gouvernement dans ses choix » ― ce qui en jette un max, avouons-le.

 

Bien sûr, le gouvernement en a déjà d’autres, des machins du même genre, puisque le CAS est juste un « relais complémentaire »… Mais entre ça et donner quelques malheureux TD de philo à de futurs équipiers MacDo dans une fac apparaissant à peine sur le radar du classement de Shanghai, on voit où le gars se sent le plus utile.

 

Là où il commet une petite erreur, pour autant, c’est lorsque qu’il enfonce le clou en se prévalant des « 71 000 enseignants » qui, comme lui, sont occupés à d’autres tâches que celles pour lesquelles l’Éducation nationale les rémunère. Il est vrai que parler à tort et à travers et mettre les copains dans l’embarras, Ferry sait faire et il n’en est plus à une gaffe près. On imagine néanmoins qu’il n’était pas censé déclencher une polémique sur le nombre d’enseignants glandeurs juste après avoir ouvert un débat sur les effectifs de ministres pédophiles…

Enseignants détachés : des chiffres introuvables

 

Trop tard. D’abord, les enseignants en question, ils ne sont pas 71 000 mais 97 000 (sur 800 000[1]). Enfin, disons qu’ils étaient 97 000 en 2005, mais qu’il est impossible de dénicher des chiffres plus récents, y compris dans le rapport de la Cour des Comptes 2010 sur les questions de scolarité.

Oui, 97 000 instits et profs détachés ou « mis à disposition » dans tout un tas de fonctions certainement passionnantes (et l’on a vu à quel point le travail de Ferry dans son comité est crucial pour l’avenir du pays), mais n’ayant parfois qu’un rapport lointain avec l’éducation proprement-dite.

 

Voyons voir, il y a des syndicalistes, des chargés de fonctions administratives, des détachés auprès de collectivités locales, d’associations culturelles, d’ambassades, d’ONG, de structures sportives, etc.. Bref, plusieurs dizaines de milliers de personnes figurant bien dans les stats, mais pas dans les établissements. De quoi compenser largement la baisse des effectifs (16 000 postes en moins cette année), même si les enseignants ne sont pas interchangeables et qu’un prof de math, ce n’est pas un prof d’anglais.

 

Évoquer ces questions est toujours un peu délicat parce que les profs passent pour le sel de la terre et que rien n’est plus politique que l’éducation. Parler de profs glandeurs, c’est tout de suite louche voire un poil de mauvaise foi puisque bien des missions accomplies à l’extérieur de l’EN semblent, à tout prendre, plus légitimes que le fromage primo-ministériel de Luc Ferry. Omerta brisée pour omerta brisée, on se dit tout de même que la question des ministres pédophiles est infiniment moins fondamentale pour la France que celle des profs détachés.

 

Ah ben tiens, le Conseil d’Analyse de la Société, il ne pourrait pas nous pondre un rapport sur le sujet ?
_______________________________________________________________

[1] Un chiffre auquel il convient de soustraire quelque 20 000 enseignants « en disponibilité », ce qui signifie qu’ils ne sont plus payés par l’EN.

Source : Atlantico.fr

Posté par daune à 00:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2011

UN SOCIALISTE CONDAMNÉ

UN ANCIEN MINISTRE SOCIALISTE DES AFFAIRES SOCIALES CONDAMNÉ POUR ABUS DE CONFIANCE

NunucheROYAL20100924

ci-dessus les camarades, les copains et les coquins

 

 Le tribunal correctionnel de Paris a condamné à 18 mois de prison avec sursis et 5000 euros d’amende l’ancien ministre socialiste René Teulade, reconnu coupable d’abus de confiance dans le scandale de la Mutuelle retraite de la fonction publique (MRFP).

Contre les sept autres prévenus, ont été prononcées des peines de 8 à 18 mois de prison avec sursis et de 1.500 à 5.000 euros d’amende. La condamnation du sénateur-maire d’Argentat (Corrèze) est cohérente avec les réquisitions du parquet.

René Teulade, 79 ans, était jugé pour avoir profité d’avantages indus au détriment de l’ex-MRFP, qu’il a présidée de 1974 à 1992, avant d’en être président d’honneur. Les faits reprochés portent sur la période 1992-2000.

L’ancien ministre des Affaires sociales du gouvernement de Pierre Bérégovoy (1992-1993) avait contesté les faits. Selon lui, « cette affaire traduit une méconnaissance totale des mécanismes de la mutuelle ».

 

 

 

 

 

 

Posté par daune à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]